Qu’il soit syntaxique ou sémantique, le zeugma est avant tout elliptique. Cette figure de style prisée des écrivains français l’est tout autant des traducteurs. Vous trouverez dans cette page une liste des différents zeugmas décelés ici est là dans mes lectures de romans noirs, qu’ils soient l’œuvre consciente d’auteur ou la création de traducteurs ludiques. Souvenez-vous que contrairement à l’anacoluthe, le zeugma n’est pas une injure du capitaine Haddock. Bande d’analphabètes ! Et que parfois d’autres figures de style peuvent s’inviter et s’imbriquer…

« Je crois que je vais me traîner dehors pour prendre un bol d’air frais et quatre litres de whiskey, dit Trahearne en levant sa grande carcasse de sa chaise. »
James Crumley, Le Dernier baiser (Gallmeister « Noire », p. 121 ; traduction de l’américain de Jacques Mailhos)